L’âge de la maturité

La mue entre 40 à 55 ans

31 mars 2019 par myria

POURQUOI VOULOIR ALLER PLUS VITE ?

En prenant le risque d’oublier le corps et l Etre ?  Le corps va vite créer des douleurs ..

accepter avec bienveillance et faire ses pauses Essen-Cielles !

L’équilibre se construit pas à pas  mouvement après mouvement dans la conscience de ses limites et ses besoins profonds de Soi .

L ÂGE DU MILIEU DE VIE :LA CRISE OU LA MUE

UNE AUTRE DYNAMIQUE PASSÉE 40 ANS

Il est normal que nous recherchons autre façon aborder la vie ;nos valeurs qui jusque là nous poussait à prouver notre valeur aux yeux des autres  dan Sun souvent d’expansion vers la réussite de nous mêmes,vient nous retourner vers le centre de nos même notre intériorité et notre propre rythme.

Le corps a besoin de ralentir et le mental besoin de prendre du recul et de réfléchir aux envie et besoins profonds.

 On voit émerger en soi des besoins plus spirituels, tendant davantage vers l’essentiel. L’entrée dans cette transition du milieu de la vie se fait très souvent par une prise de conscience de la relativité de cette construction sociale,

Quel est le sens de notre vie ? Mais ce serait une erreur de penser qu’il ne s’agit là que d’une évolution occidentale, car on trouve des textes tibétains très anciens prônant des pratiques spirituelles à mener lorsque l’on arrive à 40-50 ans !

C’est comme si, parvenu à ce stade de notre existence, il nous manquait « quelque chose » pour parvenir à cette complétude. Jung le dit : « Ce qui était essentiel au matin de notre vie le semble moins dans l’après-midi de notre vie. » Oui, j’ai une belle maison, un couple qui va bien… mais je me réveille le matin avec un sentiment de vide, d’angoisse.

eclipsedelune

ALORS, QUE FAIRE ?

Certains refusent d’entendre et de prêter attention à cette dynamique intérieure, ils s’obstinent à ne rien changer ou ils étouffent ce mouvement par des médicaments. Le danger, c’est vraiment l’appauvrissement de soi, au pire la dépression, voire la maladie. C’est un temps de notre vie où nous avons malheureusement tendance à réduire le champ des possibles… Alors que, derrière ce mal-être, il y a un authentique mouvement, une part fondamentale de notre être qui commence à s’exprimer.

Au quotidien , exprimer ses besoins et envies devient nécessaire ainsi que creuser les questions des blocages qui sont encore là dans certains domaines de vie.

Allez à la rencontre de son corps à son rythme, se respecter encore mieux et instaurer une bienveillance à égard de soi.

Pour cela ,nous pouvons accéder à des moyens porteur d’équilibre tel que le yoga , l hypnose qui facilite l’intériorité dans une vaste manière de découvrir nos richesses et ressources intérieurs.Ces derniers nous guident sur le chemin de la connaissance de soi dans une dimension plus grande et spirituelle.

C’est donc le moment de se libérer du personnage que nous nous sommes construits et qui ne nous suffit plus. Dans son livre « La crise du milieu de vie. Un tournant, une seconde chance« , la psychanalyste Lisbeth von Benedek parle de démasquer le « personnage social », conforme aux normes du socialement correct, grâce auquel nous nous sommes construits dans la première partie de notre vie.

Comment faire enfin Place aux aspirations plus profondes.? Certains se tournent vers la spiritualité ou vers une activité artistique qui laisse s’exprimer leur corde sensible par exemple.D’autres prennent des décisions plus radicales dans leur vie : divorce, changement professionnel… Pourquoi pas si elles sont mûrement réfléchies ?

Une autre piste aussi consiste à explorer sa vulnérabilité. Je vous invite à lire l’article que j’ai écrit à ce sujet !!

Que faire d’indispensable dans cette Mue vers le Mieux ?

Lâcher le passé pour vivre au présent. Le passé nous apprend ce dont nous ne voulons plus : ainsi nos « erreurs » sont-elles intéressantes pour déterminer un présent plus serein. Oui Afin de construire un futur plus en accord avec nous-mêmes, il est nécessaire de nous libérer du passé…Savez-vous éviter de le ressasser de façon stérile ? Il est alors possible de vivre davantage au présent, de Goûter sereinement le moment.

Accepter de vieillir. Selon Lisbeth von Benedek, dire adieu à l’adolescence éternelle et accepter de vieillir sont deux étapes nécessaires. Cela passe par l’acceptation des rides qui sillonnent le visage, de la peau qui se relâche..

Ce qui est d’autant plus difficile dans une société qui valorise plus que tout, la jeunesse. Accepter le corps pour mieux le mettre en harmonie avec l’esprit.